Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
afrocultureblog.com

Meet Joss, the founder of JOSSY CARE

30 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #Jossycare, #Josssimmons, #2021, #afroculture, #blackoutday2021, #ENG, #awards, #brand, #society, #afroculturekidz, #afrocultureblog, #UK

Joss Simmons, the founder of Jossy Care

Joss Simmons, the founder of Jossy Care

Described as the UK's leading "Super Manny", Joss Simmons grew up in a town called Hackney in London, UK and is taking modern childcare to the next level, defying the odds to give back to the next generation.

As a child, witnessing his mother suffer domestic violence had a profound effect on Joss and he knows only to well where many children, who have odds stacked against them, end up. That led him to create his own childcare service, Jossy Care.

Joss with two of his young learners

Joss with two of his young learners

His positive approach is what is gaining him the attention of parents, practitioners, the media and as a childcare practitioner, Joss is also keen to address stereotypes in the childcare industry. Hence, Joss has spoken out on the topic of male nannies being refused jobs on the basis of their gender and the difficulty they face.

In 2017, Joss gave his first public talk about his experience and hasn't looked back ever since. Multi talented Joss is now frequently invited to deliver motivational talks on topics such as depression, domestic violence, children and the future.

Joss recently featured in Time out, Hackney Gazette and East London Radio. He has also won the National Diversity Award 2019 and is currently up for Best Social Media Nanny with Nanny UK Nanny.

Click on link below to vote for Joss Cambridge-Simmons as Best Social Media Nanny:

Meet Joss, the founder of JOSSY CARE
Meet Joss, the founder of JOSSY CARE
Lire la suite

Découvrez la marque OKHAMARE et sa fondatrice Hawa

26 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #afroculture, #FR, #okhamare, #blackoutday2021, #2021, #business, #afrocultureblog, #mauritanie, #france

Hawa, la fondatrice de la marque OKHAMARE

Hawa, la fondatrice de la marque OKHAMARE

Hawa est la créatrice de la marque OKHAMARÉ.
 
En créant la marque OKHAMARÉ, elle a voulu aider les femmes à se sentir mieux dans leur peau et leur tête, grâce aux trésors de la nature africaine.
 
Son désir de créer cette marque est directement lié à son héritage familial mauritanien. En effet, le khamaré (racines de vétiver en français) est particulièrement utilisé en Afrique de l’ouest et son utilisation est transmise de génération en génération. Le khamaré est le compagnon de route à chaque étape de la vie d’une jeune fille qui devient femme, puis maman.
 
Dans sa vie de femme, à chaque fois qu'elle franchissait une étape cruciale, sa mère et ses tantes lui préconisaient de boire du khamaré. Quand elle a eu ses premières règles, quand elle s'est mariée, quand elle a eu ses enfants, à chaque fois, elles étaient là pour lui rappeler que le khamaré allait lui apporter ce dont elle avait besoin et qu'elle ne devait pas le négliger.
 
L’utilisation du khamaré est, en effet, transmise de génération en génération et traditionnellement, ces tiges de khamaré sont utilisées lors de la nuit de noces par la future mariée. Cela facilite ses premiers rapports sexuels, nettoie son corps, rend son teint lumineux, et atténue les pertes blanches et douleurs de règles notamment.
 
Hawa est donc, elle-même, adepte du khamaré depuis longtemps. Ce qu'elle remarquait quand elle en consommait était assez étonnant. Non seulement elle se sentait mieux dans son corps mais sa peau devenait plus nette et plus lumineuse. Elle se doutait que le khamaré avait joué un rôle sur cette évolution mais elle voulait en avoir le cœur net. Elle a donc mené des recherches sur les vertus des racines de vétiver et effectivement, ses découvertes ont confirmé ce qu'elle pensait : le khamaré agit sur le bien-être intérieur et extérieur !
 
C’est donc cette expérience personnelle qui l'a poussée à se lancer pour accompagner toutes les femmes qui veulent se sentir bien dans leur corps, dans leur intimité, mais aussi dans leur tête. Son objectif est de guider les femmes dans leur développement global.
 
C’est pour cela que les valeurs essentielles de OKHAMARÉ sont le bien être, le naturel, la beauté et la féminité et que la base de tous leurs produits est le khamaré. Tous leurs produits sont naturels, les plantes et les graines sont à l’origine consommables (sauf le henné). Par ailleurs, pour une traçabilité simple et fiable, seules leurs matières premières sont importées mais tous leurs produits sont fabriqués en France. 
 
Le khamaré a changé la vie d'Hawa et elle souhaite de tout cœur qu’il participe à changer la vôtre !

Cliquez ci-dessous pour acheter vos produits naturels OKHAMARE ET OBTENEZ 10% de réduction le 07.07.21 pour #blackoutday2021

Cliquez ci-dessous pour acheter vos produits naturels OKHAMARE ET OBTENEZ 10% de réduction le 07.07.21 pour #blackoutday2021

Découvrez la marque OKHAMARE et sa fondatrice Hawa
Comment participer au #blackoutday20201?
Pour participer, il vous suffit d'offrir un minimum de 10% de réduction sur vos produits, qu'ils soient en boutique ou en ligne, le jour-dit.
Pour les commerces participants désirant figurer sur notre blog, merci de nous envoyer un mail à info@afroculture.co.uk avec:
- le nom de votre commerce
- une courte bio vous présentant ainsi que votre activité
- quelques photos de vos produits et de vous-même
Découvrez la marque OKHAMARE et sa fondatrice Hawa
Lire la suite

"Mother Nature," Angelique Kidjo's newest album out now!

19 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #music, #angeliquekidjo, #afroculture, #2021, #ENG, #afrocultureblog

New album Mother Nature out now!

New album Mother Nature out now!

The album "Mother Nature" is a love letter to Mother Earth and all the values that humanity holds dear: truth, trust, love, connection. 'If there's anything the pandemic has taught us, it's that we are all a part of the same ecosystem—this planet is all we have' says Angelique Kidjo.
The song 'Mother Nature' features artist Sting and many other artists guests joined Angelique Kidjo on the album such as: Yemi Alade, Burna Boy, Mr Eazi, Salif Keita, Shungudzo, Sampa The Great, GhettoBoy, EarthGang, ZEYNAB, Matthieu, Chedid, - M - Lionel Loueke, and many more!

Lire la suite

South African singer songwriter Nomfusi releases her single “IQAQA”on 25th June 2021

19 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #south africa, #music, #nomfusi, #afroculture, #2021, #afrocultureblog

South African singer songwriter Nomfusi releases her single “IQAQA”on 25th June 2021

IQAQA is the first single from Nomfusi’s forthcoming album which will be released later in August 2021. It is a song about a love relationship. The Xhosa idiom “Iqaqa aliziva kunuka” means “the skunk does not smell itself” which refers to the fact that people often are unable to recognize their own faults. The song highlights this in a playful way. IQAQA is driven by danceable Afro Pop sounds with a strong vocal performance, melodic guitar riffs and groovy drums. Nomfusi ́s songs are mostly inspired by stories from her life.
IQAQA was written during an European tour in the mountains of Austria, when she was going through an argument and conflict with her partner. Away from her relationship frustration, she created a fictional story line of a woman leaving her relationship because of a man being too much of “Iqaqa". Also Nomfusi loves using Xhosa clicks as much as possible in her writing as part of preserving the Xhosa language.
Together with the single release, here is the official music video for IQAQA, which was shot in Brixton, a historically rich district in the heart of Johannesburg and at the legendary Roving Bantu venue. A social media campaign is also launched with IQAQA dance challenges, as well as IQAQA merchandise range and radio promotion in South Africa and Germany. The song was recorded in Johannesburg within the album recording process.

Click below to save or buy IQAQA by Nomfusi.

Lire la suite

Our new generation of girlpreneurs

19 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #princessinthemaking, #afroculture, #ENG, #afroculturekidz, #uk, #nigeria, #author, #afrocultureblog

Kemi and Kiisha, founders of Kishem

Kemi and Kiisha, founders of Kishem

Kemi and Kiisha Oguntayo love arts and crafts, baking, playing dress up and reading!  They were 4 and 6 years old when they created the brand Kishem with the support of their parents in Summer 2016. They had the idea to create the Kishem colouring book after asking their mum and dad why there weren't colouring books with all types of children who look like them or their friends in school. Their Dad said "girls, problems are meant for solving" so they decided to try making their own.

"We wanted the book to have different types of children who are all talented and unique. It was also important to make it more than just a colouring book so after creating and naming each character, we added short stories about them, what they enjoy doing and what they aspire to be so that other children reading can get inspired too" say the girlpreneurs.

The characters in Kishem's storybooks are powerful, talented, creative, entrepreneurial girls.

- Zhen is a photographer and you get to see her editing in her studio

- Mya is good at cooking

- Kishem loves karate and sports

- Eve is a great swimmer

- Ruby makes jewellery

- Amor loves technology

..... and so on and so forth!!!

To date, Kishem is well on course. Kemi and Kiisha have been able to show their books in UK schools, shipped their books to America and had requests from Africa. Their multicultural characters offer representation for every girl and ethnic group represented in Western schools nowadays.

Click below to see their interview with Elsa, Afroculturekidz presenter, couple of years back.

 
Lire la suite

ORGANISATION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA MUSIQUE DE OUAGADOUGOU (FESIMO)

16 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #2021, #musique, #afroculture, #patrimoine culturel, #thomassankara, #FR, #burkina faso

Le choc des stars en 1986 au Burkina Faso

Le choc des stars en 1986 au Burkina Faso

Le président Thomas Sankara s'était passionné de musique toute sa vie. Le voici ci-dessus en 1986, au Burkina Faso, entouré de la légendaire chanteuse sud-africaine Miriam Makeba et de la chanteuse congolaise Tshala Muana à sa droite ainsi que de la chanteuse malienne Nahawa Doumbia et la chanteuse ivoirienne Nayanka Bell à sa gauche. Cette photo a été prise lors du concert des musiciennes africaines appellé 'choc des Stars'.

Mais Thomas Sankara avait des projets a bien plus grande envergure. Avec Moustapha Thombiano, le fondateur de la 1ère radio libre sur le continent et décédé l'an dernier, ils avaient pour objectif de fonder le FESIMO, l'organisation du Festival International de la musique de Ouagadougou. Cet évènement devait réunir les grands groupes et artistes musiciens de la planète. Dans le spot qui avait déjà été conçu et diffusé, on avait qualifié ce rendez-vous d'audace du siècle, d'un 'Woodstock Africain' pour égayer une jeunesse désemparée.

Nous souhaitons à cette nouvelle génération de reprendre le flambeau.

Lire la suite

LAKOU MIZIK ET JOSEPH RAY PRESENTENT LEUR PREMIER SINGLE 'OGOU (PRAN KA MWEN)'

7 Juin 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #2021, #musique, #afroculture, #FR, #lazoumizik, #haiti

LAKOU MIZIK ET JOSEPH RAY PRESENTENT LEUR PREMIER SINGLE 'OGOU (PRAN KA MWEN)'

Le groupe emblématique haïtien Lakou Mizik et le producteur de musique electro Joseph Ray partagent leur premier single Ogou (Pran Ka Mwen), partie intégrale de leur projet vidéo "Leave The Bones". Le morceau est disponible sur toutes les plateformes via Anjunadeep dès maintenant.

Lakou Mizik et Ray présentent en avant-première le premier single de l’album, 'Ogou (Pran Ma Kwen)', nous donnant un aperçu de l'album qui sortira le 6 août. Caractérisé par des cordes vibrantes, des rythmes haïtiens traditionnels et un refrain jubilatoire, « Ogou (Pran Ka Mwen) » est un appel passionné à l’esprit vaudou du fer et de la guerre pour demander sa protection contre la brutalité des batailles quotidiennes de la vie - « Ogou, vous m’avez amené ici, prenez soin de moi. »
Depuis sa création, Lakou Mizik a cherché à redéfinir les conceptions d’Haïti à travers sa musique. Le groupe de neuf musiciens, formé en 2010, est emblématique du melting pot qu’est la culture musicale d’Haïti. La figure de proue de Lakou, Sanba Zao, l’un des dix seuls poètes originaux de Sanba à rester, a joué un rôle central dans le mouvement rasin (racines) d’Haïti des années 1980 qui cherchait à réinventer la musique vaudou haïtienne traditionnelle par une expérimentation radicale avec des instruments modernes. Cet esprit de la riche histoire musicale d’Haïti est aussi celui de Lakou Mizik aujourd’hui; un ensemble multigénérationnel mélangeant les genres qui joue de la musique traditionnelle haïtienne avec une énergie punk et un sens profond de leur héritage. Leave the Bones brosse un portrait musical, un nouvel aperçu d’un pays souvent mécompris. À travers des chants vaudou, des airs de danse Rara et des chansons de protestation contemporaines, le disque transmet l’auditeur au cœur spirituel d’Haïti, un endroit qui reste un mystère pour les étrangers et une source de fierté pour chaque Haïtien. Peu d’albums parviennent à évoquer un temps et un lieu avec un effet aussi surprenant que cet improbable collaboration   entre le groupe haïtien multigénérationnel Lakou Mizik et l’artiste Joseph Ray, lauréat d’un Grammy. Bien que possédant une rythmique  universelle, Leave the Bones est empreint d'une signification et d'une profondeur uniques à Haïti.

Lire la suite

Du soleil couchant aux Champs Elysées!

1 Juin 2021 , Rédigé par Caro Sika Publié dans #patrimoine culturel, #carosika, #afroculture, #2021, #FR, #champselysées

Photo crédit: Pascal Blondé

Photo crédit: Pascal Blondé

Cette semaine, dans la rubrique 'Patrimoine Culturel', nous vous invitons à explorer avec nous les origines africaines des Champs Elysées de par des faits anthropologiques et culturels.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, vous avez probablement tous entendu parler de Stonehenge, une des structures mégalithiques les plus célèbres au monde, située en Angleterre. Elle date du IIIème millénaire avant J.C et pour ceux qui aiment l’anthropologie, elle nous renseigne sur l’ancestralité africaine des peuples 'européens'. Je choisis de mettre l’Europe entre guillemets dans ce contexte puisqu'elle est née d'une volonté politique et non d'une séparation continentale puisque, strictement parlant, le territoire qu'on appelle Europe n'est pas un continent au sens propre puisqu'il partage la même surface émergée du globe que l'Asie (souvent référé à mineur) sans frontières naturelles terrestres, telles la mer ou l’océan. Le continent africain est également le continent le plus proche du territoire européen ce qui, bien naturellement, nous renseigne sur les échanges culturels de ces peuples depuis la génèse des temps. À cet effet, une des plus belles découvertes est le site archéologique de Nabta Playa, en Egypte du sud, à environ 1000km de Khartoum, Soudan. Nabta Playa date du 9ème millénaire avant notre ère et on y a découvert les premiers alignements mégalithiques témoignant de la connaissance astronomique des sociétés africaines de l’époque, précédant de 6000 ans Stonehenge ou des sites semblables en Bretagne par exemple. Les mégalithes étaient majoritairement des arrangements funéraires qui renvoient à la continuité et l’éternité et qui nous rendent une belle image de la conception africaine de l’au-delà. Mais de manière plus évidente, c'est la preuve incontestable que ce savoir-faire et la croyance qui l'accompagne ont voyagé et inspiré d'autres civilisations au cours des siècles et millénaires.

Le site de Nabta Playa, Egypte Antique

Le site de Nabta Playa, Egypte Antique

Qu'en est-il des Champs Elysées et quels liens avec l' Afrique?
Quand bien même, l’histoire des mégalithes est fascinante, l’origine des Champs Élysées est époustouflante quant à l’humanité de l’Afrique Antique.

Il fut un temps, à l'époque des premières dynasties égyptiennes où un dicton nous affirme que 'l'habitant de l'Europe était un des fils de Ménès'. Ménès est une appellation grecque pour le 1er pharaon de la période Thinite qui est identifié au pharaon Narmer, le premier à unifier la Haute et Basse Egypte. À cette époque, les pharaons égyptiens exerçaient un pouvoir politique sur une vaste zone géographique et les guerriers des régions administrées allaient combattre pour les dynasties égyptiennes. Ces guerriers, tués au service de l'Egypte et devenus héros sur le champ de bataille, étaient incinérés ou préparés, puis confiés à des fonctionnaires spéciaux, grands maîtres des cérémonies funèbres qui les rapatriaient sur leur terre natale. Les mânes des héros naviguaient alors sur l'océan, « vers les portes du soleil » (soleil couchant) conduites par voie maritime par un haut-fonctionnaire et convoyeur des cendres à leurs demeures finales. En Egypte, ces demeures se nommaient Champs d'Alou. Ils étaient nommés après la plante qui couvrait ces champs, traduit Ely en grec et qui avec le suffixe Sium a donné le nom d'Elysium, d'où Champs Elysées en français. Les champs Elyséens de l'Atlantique, nés du retour des cendres de ceux devenus héros, étaient donc des lieux de sépulture ou actuels cimetières.

Selon  Ch. Hirmenech, dans son essai historique sur les Champs Elysées de l’Antiquité, le haut fonctionnaire qui ramenait les cendres sur les terres natales a des similitudes intéressantes avec Ulysse, (Odusseus) de la mythologie grecque et de son Odyssée à l'image du retour maritime d'après-guerre. Elle suggère également que ce haut fonctionnaire correspondrait au Dis Pater des Celtes Gaulois en opposition au Dispater romain,  qui signifiait ‘Père’ et qui témoignait de leur reconnaissance envers celui qui ramenait pieusement les restes mortels de leurs enfants. Selon Jules César, les Celtes Gaulois se réclamaient d'ailleurs 'd'être issus de Dis Pater' et de la tradition qu'ils disaient tenir des druides de mesurer le temps, non par le nombre des jours mais par celui des nuits à l'instar des peuples africains.
Les cendres de ses héros naviguaient donc vers les villes portuaires telles Lixus (dans l’actuel Maroc), Cadix (en Espagne), la Lusitanie (actuel Portugal), la Bretagne, et aussi l'Irlande et régions voisines (Stonehenge prend alors tout son sens). Pour accéder à l'intérieur des terres et y transporter les cendres, des villes portuaires étaient assignées dans chaque zone pour en assurer le transport terrestre, telle la ville de Lisbonne anciennement Olissipo qui, d'après la tradition populaire, aurait été fondée par Ulysse, ou la ville d’Aiguës-Mortes en France par exemple:

« Aiguës-Mortes, avant l'ère chrétienne, se trouvait sur le bord de la mer, c'est connu ; donc Mortes n'a pas la signification qu'on lui attribue, puisqu'à cet endroit les eaux n'étaient pas mortes ou dormantes dans l'antiquité. D'autre part, le mot Aiguës n'est pas d'origine latine, mais bien d'origine grecque et celtique, dont au contraire s'est formé le latin. Le mot Mortes étant sans application dans le sens que l'on sait, je lui restitue sa véritable signification, en traduisant Aigues-Mortes par eaux des morts ou eaux mortuaires ». CH. Hirmenech, Essai historique sur les Champs Elysées de l'Antiquité

Ce concept de ‘Champs Elysées’ perdurera dans la Grèce Antique mais elle n’en est pas à l’origine. Les Champs Elysées deviendront dans la mythologie grecque le lieu doux et agréable réservé aux héros ainsi qu’aux âmes vertueuses.
Qu'en est-il des Champs Elysées actuels?
Pour ce qui est des Champs Elysées que l’on connait, c’était à la base une zone marécageuse, qui nous rappelle la présence du fleuve ‘Seine’ qui se jette dans la Manche à proximité et nous renvoit aux champs d'Alou du Nil en Egypte Antique. C’est, tout d’abord, Marie de Médicis qui décidera de l’aménager pour prolonger ‘le jardin des tuileries’. Au cours des siècles, l’avenue se verra progressivement évoluée, réaménagée jusqu’à ce qu’elle devienne une des plus illustres attractions touristiques parisiennes. C’est intéressant d’observer que le 15 décembre 1840, le retour des cendres de Napoléon 1er s’effectuera par l’avenue des Champs Elysées, sur un char funèbre, vers les Invalides pour son inhumation devant 100 000 spectateurs. C’était en effet sa volonté d’être inhumé sur les bords de la Seine.

"Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé". Napoléon Bonaparte, Testament de l'Empereur, 16 avril 1821
La pensée africaine de l'au-delà
L’ Afrique, berceau de l’humanité, et sa pensée philosophique a encore beaucoup à nous apprendre et nous avons énormément à nous réapproprier. Le sacré de la vie au cœur des civilisations africaines antiques est remarquable et la notion du repos éternel de l’âme est remplie de dignité et d’émotion. Penser que de hauts fonctionnaires exerçaient la fonction de ramener ceux tombés sur le champ de bataille sur leur terre natale, près de leur famille, nous remplit d’humilité car le voyage n'est pas ce que l'on conçoit de nos jours. La durée du voyage se chiffrait en années et non en semaine et le coût était colossal. Il n'en reste pas moins que le repos de l'âme était crucial et sacré, quitte à traverser le globe. Chez la plupart des africains, cette pratique perdure jusqu’à maintenant et les corps des âmes transposés ou leurs cendres sont souvent rapatriés dans leur pays d’origine pour y regagner leur demeure familiale car comme le dirait le poète et conteur sénégalais Birago Diop « les morts ne sont pas morts ». Les anciens du monde visible et invisible ont toujours leur place parmi nous.

« Dans le lit et sur les rives du Fleuve,
Des Souffles qui se meuvent
Dans le Rocher qui geint et dans l’Herbe qui pleure.
Des Souffles qui demeurent
Dans l’Ombre qui s’éclaire et s’épaissit,
Dans l’Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit
Et dans l’Eau qui coule et dans l’Eau qui dort,
Des Souffles plus forts qui ont pris
Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,
Des Morts qui ne sont pas partis,
Des Morts qui ne sont plus sous la Terre. »

Extrait du Souffle des ancêtres de Birago Diop
Du soleil couchant aux Champs Elysées!
Lire la suite