Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
afrocultureblog.com

carosika

Du soleil couchant aux Champs Elysées!

1 Juin 2021 , Rédigé par Caro Sika Publié dans #patrimoine culturel, #carosika, #afroculture, #2021, #FR, #champselysées

Photo crédit: Pascal Blondé

Photo crédit: Pascal Blondé

Cette semaine, dans la rubrique 'Patrimoine Culturel', nous vous invitons à explorer avec nous les origines africaines des Champs Elysées de par des faits anthropologiques et culturels.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, vous avez probablement tous entendu parler de Stonehenge, une des structures mégalithiques les plus célèbres au monde, située en Angleterre. Elle date du IIIème millénaire avant J.C et pour ceux qui aiment l’anthropologie, elle nous renseigne sur l’ancestralité africaine des peuples 'européens'. Je choisis de mettre l’Europe entre guillemets dans ce contexte puisqu'elle est née d'une volonté politique et non d'une séparation continentale puisque, strictement parlant, le territoire qu'on appelle Europe n'est pas un continent au sens propre puisqu'il partage la même surface émergée du globe que l'Asie (souvent référé à mineur) sans frontières naturelles terrestres, telles la mer ou l’océan. Le continent africain est également le continent le plus proche du territoire européen ce qui, bien naturellement, nous renseigne sur les échanges culturels de ces peuples depuis la génèse des temps. À cet effet, une des plus belles découvertes est le site archéologique de Nabta Playa, en Egypte du sud, à environ 1000km de Khartoum, Soudan. Nabta Playa date du 9ème millénaire avant notre ère et on y a découvert les premiers alignements mégalithiques témoignant de la connaissance astronomique des sociétés africaines de l’époque, précédant de 6000 ans Stonehenge ou des sites semblables en Bretagne par exemple. Les mégalithes étaient majoritairement des arrangements funéraires qui renvoient à la continuité et l’éternité et qui nous rendent une belle image de la conception africaine de l’au-delà. Mais de manière plus évidente, c'est la preuve incontestable que ce savoir-faire et la croyance qui l'accompagne ont voyagé et inspiré d'autres civilisations au cours des siècles et millénaires.

Le site de Nabta Playa, Egypte Antique

Le site de Nabta Playa, Egypte Antique

Qu'en est-il des Champs Elysées et quels liens avec l' Afrique?
Quand bien même, l’histoire des mégalithes est fascinante, l’origine des Champs Élysées est époustouflante quant à l’humanité de l’Afrique Antique.

Il fut un temps, à l'époque des premières dynasties égyptiennes où un dicton nous affirme que 'l'habitant de l'Europe était un des fils de Ménès'. Ménès est une appellation grecque pour le 1er pharaon de la période Thinite qui est identifié au pharaon Narmer, le premier à unifier la Haute et Basse Egypte. À cette époque, les pharaons égyptiens exerçaient un pouvoir politique sur une vaste zone géographique et les guerriers des régions administrées allaient combattre pour les dynasties égyptiennes. Ces guerriers, tués au service de l'Egypte et devenus héros sur le champ de bataille, étaient incinérés ou préparés, puis confiés à des fonctionnaires spéciaux, grands maîtres des cérémonies funèbres qui les rapatriaient sur leur terre natale. Les mânes des héros naviguaient alors sur l'océan, « vers les portes du soleil » (soleil couchant) conduites par voie maritime par un haut-fonctionnaire et convoyeur des cendres à leurs demeures finales. En Egypte, ces demeures se nommaient Champs d'Alou. Ils étaient nommés après la plante qui couvrait ces champs, traduit Ely en grec et qui avec le suffixe Sium a donné le nom d'Elysium, d'où Champs Elysées en français. Les champs Elyséens de l'Atlantique, nés du retour des cendres de ceux devenus héros, étaient donc des lieux de sépulture ou actuels cimetières.

Selon  Ch. Hirmenech, dans son essai historique sur les Champs Elysées de l’Antiquité, le haut fonctionnaire qui ramenait les cendres sur les terres natales a des similitudes intéressantes avec Ulysse, (Odusseus) de la mythologie grecque et de son Odyssée à l'image du retour maritime d'après-guerre. Elle suggère également que ce haut fonctionnaire correspondrait au Dis Pater des Celtes Gaulois en opposition au Dispater romain,  qui signifiait ‘Père’ et qui témoignait de leur reconnaissance envers celui qui ramenait pieusement les restes mortels de leurs enfants. Selon Jules César, les Celtes Gaulois se réclamaient d'ailleurs 'd'être issus de Dis Pater' et de la tradition qu'ils disaient tenir des druides de mesurer le temps, non par le nombre des jours mais par celui des nuits à l'instar des peuples africains.
Les cendres de ses héros naviguaient donc vers les villes portuaires telles Lixus (dans l’actuel Maroc), Cadix (en Espagne), la Lusitanie (actuel Portugal), la Bretagne, et aussi l'Irlande et régions voisines (Stonehenge prend alors tout son sens). Pour accéder à l'intérieur des terres et y transporter les cendres, des villes portuaires étaient assignées dans chaque zone pour en assurer le transport terrestre, telle la ville de Lisbonne anciennement Olissipo qui, d'après la tradition populaire, aurait été fondée par Ulysse, ou la ville d’Aiguës-Mortes en France par exemple:

« Aiguës-Mortes, avant l'ère chrétienne, se trouvait sur le bord de la mer, c'est connu ; donc Mortes n'a pas la signification qu'on lui attribue, puisqu'à cet endroit les eaux n'étaient pas mortes ou dormantes dans l'antiquité. D'autre part, le mot Aiguës n'est pas d'origine latine, mais bien d'origine grecque et celtique, dont au contraire s'est formé le latin. Le mot Mortes étant sans application dans le sens que l'on sait, je lui restitue sa véritable signification, en traduisant Aigues-Mortes par eaux des morts ou eaux mortuaires ». CH. Hirmenech, Essai historique sur les Champs Elysées de l'Antiquité

Ce concept de ‘Champs Elysées’ perdurera dans la Grèce Antique mais elle n’en est pas à l’origine. Les Champs Elysées deviendront dans la mythologie grecque le lieu doux et agréable réservé aux héros ainsi qu’aux âmes vertueuses.
Qu'en est-il des Champs Elysées actuels?
Pour ce qui est des Champs Elysées que l’on connait, c’était à la base une zone marécageuse, qui nous rappelle la présence du fleuve ‘Seine’ qui se jette dans la Manche à proximité et nous renvoit aux champs d'Alou du Nil en Egypte Antique. C’est, tout d’abord, Marie de Médicis qui décidera de l’aménager pour prolonger ‘le jardin des tuileries’. Au cours des siècles, l’avenue se verra progressivement évoluée, réaménagée jusqu’à ce qu’elle devienne une des plus illustres attractions touristiques parisiennes. C’est intéressant d’observer que le 15 décembre 1840, le retour des cendres de Napoléon 1er s’effectuera par l’avenue des Champs Elysées, sur un char funèbre, vers les Invalides pour son inhumation devant 100 000 spectateurs. C’était en effet sa volonté d’être inhumé sur les bords de la Seine.

"Je désire que mes cendres reposent sur les bords de la Seine, au milieu de ce peuple français que j'ai tant aimé". Napoléon Bonaparte, Testament de l'Empereur, 16 avril 1821
La pensée africaine de l'au-delà
L’ Afrique, berceau de l’humanité, et sa pensée philosophique a encore beaucoup à nous apprendre et nous avons énormément à nous réapproprier. Le sacré de la vie au cœur des civilisations africaines antiques est remarquable et la notion du repos éternel de l’âme est remplie de dignité et d’émotion. Penser que de hauts fonctionnaires exerçaient la fonction de ramener ceux tombés sur le champ de bataille sur leur terre natale, près de leur famille, nous remplit d’humilité car le voyage n'est pas ce que l'on conçoit de nos jours. La durée du voyage se chiffrait en années et non en semaine et le coût était colossal. Il n'en reste pas moins que le repos de l'âme était crucial et sacré, quitte à traverser le globe. Chez la plupart des africains, cette pratique perdure jusqu’à maintenant et les corps des âmes transposés ou leurs cendres sont souvent rapatriés dans leur pays d’origine pour y regagner leur demeure familiale car comme le dirait le poète et conteur sénégalais Birago Diop « les morts ne sont pas morts ». Les anciens du monde visible et invisible ont toujours leur place parmi nous.

« Dans le lit et sur les rives du Fleuve,
Des Souffles qui se meuvent
Dans le Rocher qui geint et dans l’Herbe qui pleure.
Des Souffles qui demeurent
Dans l’Ombre qui s’éclaire et s’épaissit,
Dans l’Arbre qui frémit, dans le Bois qui gémit
Et dans l’Eau qui coule et dans l’Eau qui dort,
Des Souffles plus forts qui ont pris
Le Souffle des Morts qui ne sont pas morts,
Des Morts qui ne sont pas partis,
Des Morts qui ne sont plus sous la Terre. »

Extrait du Souffle des ancêtres de Birago Diop
Du soleil couchant aux Champs Elysées!
Lire la suite

Mamadou Diabaté, balafoniste burkinabé

29 Mai 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #mamadoudiabaté, #afroculture, #carosika, #2021, #FR, #musique, #patrimoine culturel, #burkinafaso

Mamadou Diabaté, balafoniste burkinabé

Mamadou Diabate, né en 1973 au Burkina Faso, est le descendant d'une famille de musiciens Sambla. À l'âge de huit ans, il commence sa formation auprès de balafonistes connus de peuples voisins et remportera son premier prix en 1988 dans le groupe de son père. Depuis ses débuts, Mamadou Diabaté a publié 13 CDs avec ses propres compositions et 2 autres avec de la musique authentique des peuples Sambla et Tusia (tous deux en première mondiale). En 2016, il est fait chevalier de l'ordre national du Burkina Faso et reçoit en 2019, le prix du «Meilleur artiste international» du Burkina Faso.

Mamadou commence sa carrière dès son plus jeune âge, à cinq ans lorsqu'il reçoit des leçons de musique de son père, Penegue Diabate. Son père était un joueur de balafon célèbre, bien au-delà des frontières de la culture Sambla. Mamadou Diabaté persévère dans l'apprentissage du balafon durant son adolescence et remporte le premier prix de la Semaine nationale de la culture (SNC) au Burkina Faso dans le groupe de son père. En 1998, il remporte également le premier prix de la Semaine nationale de la culture (SNC) au Burkina Faso mais cette fois-ci, avec son propre groupe Landaya.

En 2000, il s'installe à Vienne, en Autriche, où il vit jusqu'à maintenant, et fonde en 2006 le groupe "Percussion Mania" avec lequel il tourne et joue à l'international.

En 2011, il remporte le World Music Award autrichien avec son groupe "Percussion Mania" et en 2012, le Grand Prix du "Triangle du Balafon" à Sikasso au Mali. Pour son jeu de balafon, il reçoit également le «Prix Alkaly Camara de la virtuosité».

Dans le cadre de sa vie personnelle, Mamadou Diabaté estime qu'il est important de pouvoir contribuer à l'essor de son pays natal le Burkina Faso et il y a construit une école primaire où les enfants pauvres reçoivent un enseignement gratuit.

Pour en découvrir plus sur l'histoire du Balafon et de la culture Sambla, ainsi que sur le parcours de Mamadou Diabaté, cliquez sur l'interview ci-dessous réalisée au Jazz Café, à Londres, lors de son dernier passage.

Lire la suite

Author and Self-Love Advocate Tene Edwards

29 Mai 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #poetry, #author, #afroculture, #teneedwards, #carosika, #2021, #ENG, #queenonamission, #uk

Author and Self-Love Advocate Tene Edwards

For 27-Year-Old Tene Edwards, it all started on Instagram. “I was broken, my heart was aching, and I completely lost myself. I always used to be the girl who smiled regardless of what was happening in my life but after that heartbreak, I just didn’t know how to smile anymore. I remember when I was on my way home from seeing the guy who was really hurting me and my face must have looked so distressed because a stranger said to me “smile. You are beautiful you know. You should smile.” I think this played on my mind during my train journey home and I knew from that moment that I needed to find a way to pick myself up and I can’t remember how long after, but sometime after I began to journal and I found healing in my writing as I faced my emotions.

Tene then decided to share her words with the world and created an account on Instagram called quotepotion which helped her discover that there were many other people experiencing the same emotions as she was. “I built my organic following online using my phone by engaging with people who followed and commented on the inspirational posts of accounts that had larger audiences than mine, this drew them to checking out my page and some following. I did this for hours on end to begin with and found that people were really able to resonate with my words. I then started to search via hashtags that were relevant to my writings and engaged with people there. I also asked the larger accounts to repost my words, some did this for free while other accounts charged”.

I self-published Walk With Wings to begin with as I wanted to give my readers something that they could hold and make their own. I also saw this as an opportunity to monetise my passion of writing and was very keen to do this after reading a ton of self-help books that consistently screamed “do what you love, and you will never work a day in your life”. I wrote the content out on Word and searched for an illustrator, editor and book designer to help me with the layout of the inside of the book on the copyright pages of other books that I liked. I then uploaded the documents onto CreateSpace (now KDP).

Tene contacted The Good Quote to ask if they could share some of her words on their account and before you know it, she was having a meeting with them in Joe & The Juice about Walk With Wings and the rest is history. Walk With Wings has reached the hands of thousands and thousands of people worldwide and Tene’s words have been shared by household names and celebrities including, Kandi Burruss, Wesley Snipes, Dascha Polanco and Khloe Kardashian.

Social media is a powerful place; I practically built my brand on there. Anybody can. I think a lot of people are underutilising it, including myself to be honest when we should really be making the most out of it, being a free platform to advertise. I don’t think advertising can get any easier and cheaper than this.”

Click below to watch one of Tene Edwards latest interview by Gin and Gist:

 

Our cultural mediator, Caro Sika, showcasing Walk with Wings by Tene Edwards:

Author and Self-Love Advocate Tene Edwards
Lire la suite

Acid Jazz Band Incognito

29 Mai 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #Incognito, #blacklegacy, #afroculture, #music, #2021, #carosika, #ENG, #uk

Acid Jazz Band Incognito

Incognito Band is an Acid Jazz Band founded by Mauritius-born Jean-Paul Maunick, nicknamed Bluey, and the late Paul 'Tubbs' Williams. They first made their debut with a disco-funk group in the 1970s known as Light of the World but in time made a few personal changes to it and renamed it Incognito. Their first release was Jazz Funk in 1981. Although Paul Williams left the band a while after, Bluey continued to write for the group and other artists, including George Benson and Maxi Priest. Consequently, Bluey also became Incognito's bandleader.

Ten years after Jazz Funk, Incognito released Inside Life, a 1991 album that spawned the single, “Always There,” with vocal track by Jocelyn Brown, which became a top ten hit. Inside Life boasted a large cast that included some of the best funk players in England at the time.

Since then, the band has released a consistent string of high-quality recordings, beginning with Tribes Vibes & Scribes, a 1992 album that marked the first appearance of American vocalist Maysa Leaks in the lineup. Incognito Band also produced numerous hit singles on either side of the Atlantic, including a cover of Stevie Wonder’s “Don’t You Worry ‘Bout A Thing.”

More than just a band in the traditional sense, Incognito is an ever-changing collective of musicians hand-picked by Bluey from a worldwide pool. The result is a dynamic musical entity that spans a vast range of styles and cultures. Bluey stated that more than 1,000 different musicians and vocalists, from all corners of the earth, have performed for the band, over the years, with lineups varying in size from eight pieces to fourteen (or even larger configurations).To name but a few, current and past members originated from South Africa, India, Brazil, Argentina, Cuba, Trinidad, Jamaica, Israel, Indonesia, Sri Lanka, China, Australia, New Zealand, Russia and much more...Many of the current key members, however, have been in place for several years, including vocalists Joy Rose and Vanessa Haynes. Understandably, the band has toured all over the world and performed in well over 25 countries since their debut.

We had the pleasure of seeing Incognito Band perform at the Happy Days Festival in Surrey alongside many Soul and Funk legendary artists such as Sister Sledge, Sugar Hill Band, Evelyn Champagne King, the British Collective, Jocelyn Brown and many more.

Click below to watch our coverage of the festival, bringing back excellent memories of Live Musical Events.

Lire la suite

Fuse ODG, a Pan-African Artist and Philanthropist

19 Mai 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #fuseodg, #music, #artist, #ghana, #theyearofreturn, #kingonamission, #afroculture, #carosika, #2021, #ENG, #uk

Photo Source: Web

Photo Source: Web

Fuse ODG, born Nana Richard Abiona on 2nd December 1988, is a Ghanian Afrobeats rapper, singer and songwriter born in Tooting, London. He is a two-time winner of the Best African Act at the MOBO Awards and came to international fame with his 2012 single 'Antenna'. Working with the likes of Wyclef Jean, Sean Paul and Ed Sheeran, FUSE ODG brought Afrobeats to the general public.

Fuse ODG was raised in Ghana and returned to South London to complete his secondary school. In 2011, a trip back to his homeland started off his musical career. He released a string of Afrobeats singles that melded old African highlife rhythms with western rap and R&B melodies and came to fame with his song 'Antenna' in 2012. His chosen stage name "Fuse" comes from his fusion of musical styles, as he is known for his unusual combination of genres such as Afro-pop, hip-hop, R&B, funk and rock, whilst "ODG" stands for 'Off Da Ground'. 

At 30 years old, FUSE ODG released his second album, New Africa Nation, which encompassed a more ambitious project: building schools to enable children in rural areas in Ghana and Jamaica to access quality education. Besides, his movement TINA 'This is New Africa' (which is also the name of his first album) is all about changing how Africa is perceived internationally. His take is:

"If you are from Africa, your mission should be loving yourself and developing a love for where you are from."

Watch Antenna, FUSE ODG single, that shot him to fame.

Understandably, FUSE ODG has been instrumental in promoting 'the Year of Return', a 2019 initiative of the Ghanaian government, along with the U.S. based Adinkra Group, that is intended to encourage African diasporans to come to Africa (specifically Ghana) to settle and invest in the continent. In support of the year of Return Campaign, he launched Nana Dolls in December 2018, a black doll line for young African girls on the continent. In his announcement, the singer stated that the doll line was an important addition to the cultural representation of the true African girl. He went on to address the problem Africa is facing as Black dolls in Africa only represent 1% of the market. 99% of the toys being sold in Africa are white dolls which condition children to believe that being white is better. His contributions were recognised the same year at The African Diaspora Awards, which celebrates the accomplishments of exemplary individuals from the African Diaspora who excel in various spheres of life, as well as individuals in society working towards the advancement of Africans in the Diaspora and Africa as a whole.

FUSE ODG has now embarked on the new mission of
building a high school in Akosombo, Ghana and refurbishing a secondary school in Jamaica with Reggae artist Chronixx, fitness entrepreneur Chakabars  and artist Donisha (who also happens to be Bob Marley's granddaughter). Students will be equipped with various vocational skills to find work, upon graduation, in industries such as construction, or health and beauty for instance.

For more info, watch one of his latest interview below:

Our cultural mediator, Caro Sika, got a selfie snapshot with FUSE ODG at the latest Black Magic Awards.

Our cultural mediator, Caro Sika, got a selfie snapshot with FUSE ODG at the latest Black Magic Awards.

Lire la suite

Takine Camara, la reine du Bazin

9 Mai 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #beautécharismatik, #takinecamara, #fashion, #mode, #patrimoine culturel, #carosika, #afroculture, #2021, #FR, #mali

Photo source: Web

Photo source: Web

Takine Camara est une entrepreneure malienne talentueuse et ambitieuse. Elle est créatrice et fondatrice de la marque de mode 'Beauté Charismatik'.

Alors que sa passion pour la mode remonte à sa tendre enfance, Takine Camara la matérialise adulte par le lancement de sa marque 'Beauté Charismatik'. Afin de faire écho à ses origines maliennes et pour se distinguer de la tendance de la mode africaine associée, très et trop souvent, au wax, elle décide de se spécialiser dans la confection de tenues en bazin, une étoffe synonyme de luxe et de richesse portée, notamment en Afrique de l'Ouest, lors des festivités. Le bazin devient donc la signature de marque de Beauté Charismatik, qui confectionne des tenues à la fois modernes et traditionnelles.

Depuis, sa marque fait l'unanimité en Afrique de l'Ouest et dans la diaspora et s'associe au luxe et au prestige. De par ce fait, Takine Camara est conviée à participer à de nombreux évènements de renom tels Miss Mali ou Miss Afrique de l'Ouest où les prétendantes aux titres défilent portant des créations de Beauté Charismatik. Takine Camara a également eu l'opportunité de collaborer avec la marque WATI B pour la Nuit du Mali en habillant son directeur artistique, ainsi que l'artiste Cheick Tidiane Seck. Plus récemment, ce sera l'artiste Mokobe, qui parrainera le premier Fashion Show de Takine Camara au Sénégal ou la grande Diva Internationale Oumou Sangaré qui sera habillée par Beauté Charismatik pour son premier concert à Dubaï.

Bref, 'the sky is the limit' pour cette créatrice et entrepreneure africaine qui n'hésite pas à voyager, à s'inspirer de cultures et expressions artistiques aux quatre coins du monde et à y travailler.

Découvrez-là ci-dessous dans un de ses interviews en compagnie du présentateur et entrepreneur Mohamadou Deme sur KWABO TV.

La créatrice Takine Camara s'entretient avec l'entrepreneur et présentateur Mohamadou Deme.

Nous sommes bien évidemment fan de la marque. C'est pourquoi notre médiatrice culturelle, Caro Sika, a eu l'honneur de porter deux robes de la collection Reine d'Afrique de Beauté Charismatik,
lors de la dernière édition d'Africa Fashion Week à Londres.
 
Takine Camara, la reine du BazinTakine Camara, la reine du Bazin
Lire la suite

Serge Aimé Coulibaly, un artiste burkinabé engagé

3 Mai 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #serge aimé coulibaly, #artiste, #danse, #afroculture, #carosika, #2021, #patrimoine culturel, #FR, #burkinafaso

Photo Credit: Lydia Nesvadba

Photo Credit: Lydia Nesvadba

Serge Aimé Coulibaly est né à Bobo Dioulasso le 12 mars 1972. Depuis 2002, il travaille en Europe et dans le monde entier par le biais de la compagnie de danse Faso Danse Théâtre, dont il est le fondateur et directeur artistique . Il fondera également ANKATA, un laboratoire de recherche, création et production des arts de la scène situé à Bobo Dioulasso.

Serge Aimé Coulibaly fait ses débuts au sein de la compagnie Feeren au Burkina Faso, sous la direction d'Amadou Bourou, en tant que comédien, danseur et musicien. Cette première expérience lui permettra de partir en tournée en Afrique et en Europe. En 1998, il est choisi pour chorégraphier le spectacle d’ouverture de la Coupe d'Afrique des Nations, et en 1999 celle de l'ouverture du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO).

Depuis la création de sa compagnie Faso Danse en 2002, Serge Aimé travaille sur des thèmes complexes et tente de donner une véritable impulsion positive aux jeunes générations Son africanité est la source de son inspiration et avec son art, il veut créer une danse contemporaine puissante qui part du sentiment mais qui porte aussi réflexion et espoir. La puissance de son expressivité rend son travail universel et compréhensible sur tous les continents. Les pièces en date, produites sur différentes scènes européennes et africaines (festivals), en commençant par la plus récente sont Kirina (2018), Kalakuta Republik (2016), Nuit Blanche à Ouagadougou (2014), Fadjiri (2013), Khokuma 7° Sud (2011), Babemba (2008), Solitude d'un Homme Intègre (2007), A Benguer (2006), Minimini (2002).

Cliquez ci-dessous pour l'interview complet de Serge Aimé Coulibaly sur son parcours et son engagement politique lors de la 100ème représentation de sa pièce Kalakuta Republik, au Barbican Center, à Londres.

Serge Aimé Coulibaly s'entretient avec notre médiatrice culturelle Caro Sika lors de son passage à Londres.

Serge Aimé Coulibaly s'entretient avec notre médiatrice culturelle Caro Sika lors de son passage à Londres.

Lire la suite

Legendary Soul Singer Omar

21 Avril 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #music, #artist, #omar, #2021, #afroculture, #carosika, #interview, #blacklegacy, #ENG, #uk

Photo Source: Web

Photo Source: Web

Omar Christopher Lye-Fook, known professionally as Omar, is an internationally acclaimed and exceptional soul singer, songwriter and musician, who has been praised by the likes of  Maxwell, Erykah Badu and Stevie Wonder. Stevie Wonder actually wrote him a song which they recorded together as a duet 15 years later.

Omar was born on 14th October 1968 in London. His father, Byron Lye-Fook was a studio musician and drummer who worked with reggae legends Bob Marley and Horace Andy, as well as the Rolling Stones. At age five, Omar was already learning how to play the drums. During his school years, he completed formal training in piano, trumpet/coronet, and other percussion instruments. He also spent two years at Chetham’s School of Music in Manchester, and the Guildhall School of Music in London. Recording for his father's Kongo label, Omar debuted in 1985 with the single "Mr. Postman" at age 16. He shot to fame in 1991 with his single "There’s Nothing Like This". It reached number 14 in the UK Singles Chart.

In the 1990s, He recorded the albums There's Nothig Like This, Music, For Pleasure and This is Not a Love Song in and towards the end of that decade moved on to major-label RCA. When he parted ways with the label, Omar constructed his own studio and established the record label Blunt Music. He released Sing (If you want it) in 2006. Omar received the Best Neo-soul Act and Outstanding Achievement Awards at the Urban Music Awards, which acknowledges urban music artists around the globe. He was also appointed Member of the Order of the British Empire in 2012. The next year, he released The Man and in 2017 Love In Beats on the Freestyle label, which took three years to make with the collaboration of his baby brother, known professionaly as Scratch Professor (aka Roland). Roland is a Grammy Winning producer, remixer and DJ.

Omar's voice is extra soulful and distinctive although he hated the sound of his voice when he first started performing. He is now described by some as the father of British Neo soul. However, Omar knows no musical boundaries.His influences are wide and varied, including ragga, hip-hop, funk, jazz-pop, rock, and Latin/Caribbean music. 

More recently, before the pandemic, Omar was awarded the Music Honour at the Black Magic Awards 2019 at the Criterion Theatre in the heart of London.

Watch his interview and his word of advice for upcoming artists.

Lire la suite

Michel Pinheiro, de Cotonou à Cuba

18 Avril 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #artiste, #musique, #2021, #carosika, #michelpinheiro, #africansalsaorchestra, #afroculture, #focusafrica, #patrimoine culturel, #FR, #benin

Photo Credit: Web

Photo Credit: Web

Michel Pinheiro, né Cosme Michel Odjougbele Pinheiro, est un compositeur, arrangeur et musicien de salsa d'origine béninoise. Né le 25 septembre à Pobè, dans le Sud du Bénin, Il fait ses débuts au sein d'une chorale de jeunes de sa paroisse et s'initie à la guitare à l'âge de 17 ans.

C’est au prestigieux lycée Behanzin de Porto Novo que sa carrière prend un tournant décisif quand il a l’opportunité de se rendre en Côte d’Ivoire, la plaque tournante de la musique en Afrique de l’Ouest. Il y rencontre le doyen Mamadou Doumbia auprès duquel il perfectionnera son apprentissage et s'initiera au trombone, qui deviendra plus tard son instrument de prédilection.

Sa collaboration avec Mamadou Doumbia porte ses fruits. Michel Pineihro accompagnera quelques années plus tard de grandes stars ivoiriennes comme Nayanka Bell ou Gadji Celi. En 1996, son chemin croise, cette fois-ci, celui d’un jeune reggaeman : Tiken Jah Fakoly. Michel Pinheiro lui suggère alors d’introduire des cuivres dans ses compositions. Une proposition qu’accepte Tiken Jah Fakoly. Michel Pinheiro devient donc le chef d’orchestre des « Djelys », le groupe qui l'accompagnera lors de ses tournées jusqu'en 2012.

Mais le tromboniste est avant tout un salsero. Faire de la salsa équivaut pour lui à se rapproprier une musique née sur le continent, dont la rythmique est inspirée des rythmes vaudou du Bénin.

Le premier album solo de Michel Pinheiro sort en 1999 et s'intitule Espoir. Suivront Agoh (2006), Bénin (2009), ainsi qu'un album hommage à son père spirituel Mamadou Doumbia en 2010.

En 2014, il monte le groupe African Salsa Orchestra avec lequel il continue à se produire sur des scènes internationales. Ils produiront ensemble un album du même nom. Michel Pineihro fait revivre au Bénin et sur le continent la musique de sa jeunesse et de ses aieux.

Lire la suite

Beverley Knight - Powerful and Beautiful

20 Mars 2021 , Rédigé par www.afrocultureblog.com Publié dans #afroculture, #beverleyknight, #awards, #music, #artist, #interview, #carosika, #blacklegacy, #ENG, #uk

 In this edition of 'Black Legacy', we will be presenting the charming and powerful singer, Beverley Knight.

In this edition of 'Black Legacy', we will be presenting the charming and powerful singer, Beverley Knight.

Beverley Knight is an English recording artist and musical theatre actress who released her first album The B-Funk in 1995. Heavily influenced by American soul music icons such as Sam Cooke and Aretha Franklin, Beverley Knight has released eight studio albums. Widely labelled as one of Britain's greatest soul singers, she is best known for her hit singles "Greatest Day", "Get Up", "Shoulda Woulda Coulda" and "Come as You Are".

After more than a decade in the music industry, she was appointed a MBE in 2006 in recognition of her contribution to British music. In September 2005, Knight was made an honorary Doctor of Music by the University of Wolverhampton. After receiving a host of awards, including three MOBO Awards Beverley Knight was presented with a Lifetime Achievement Award in 2004 at the Urban Music Award in London. Beverley Knight supported Prince during his residency at the O2 Arena and also performed at the concert after parties. As a result of this, she was flown to perform at his Oscars party in front of A-list stars and received a standing ovation from stars such as Quincy Jones.

In 2019, Knight celebrated 25 years in music with the release of the live album BK25.

Click on the video below to see Beverley Knight's interview by our cultural mediator Caro Sika at the Black Magic Awards Ceremony in London at the Criterion Theatre, as she received her Music Honour.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>